Plage Rocher Eau Ciel Nuage

Edito : l’eau

L’édit-eau !

 

L’hydrogène est plutôt social. Très souvent invité aux soirées, il en repart rarement seul ; si certains atomes se contentent de s’apparier entre eux, les plus téméraires n’hésitent pas à s’entourer d’oxygènes, un à chaque bras. Ces drôles de couples aiment les activités de groupe : se prélasser dans l’océan, s’envoyer en l’air jusqu’à la troposphère, se faire aspirer par le xylème des plantes, visiter notre tube digestif… Un parc d’attraction à faire pâlir d’envie Mickey et Donald.

Présente en toute chose, depuis la rosée du matin jusqu’au petit rosé du soir

Réjouissons-nous que l’eau se plaise autant  chez nous : elle a beau être plutôt banale dans l’univers, elle n’en demeure pas moins essentielle à la vie sur notre chère planète bleue. Une eau occupant 1,386 milliard de km3 sur Terre et présente en toute chose, depuis la rosée du matin jusqu’au petit rosé du soir. Solvant aux propriétés singulières, habitat pour des millions d’espèces, trésor tombé du ciel, vecteur et acteur qui façonne les paysages depuis des milliards d’années au rythme des cycles astronomiques, l’eau a beau être un sujet bateau, elle n’en demeure pas moins une source d’émerveillement perpétuel.

On pourrait poursuivre la liste des bienfaits de l’eau éternellement. Mais cessons là cet édito et plongeons sans plus attendre pour découvrir ce que ce premier numéro de Cephalus a dans les nageoires.

Valentine Delattre

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire