Odonate / odonatoptères

Pollution de l’eau : Fiez-vous aux insectes !

L’IBGN (Indice Biologique Global Normalisé) permet d’estimer la qualité d’un cours d’eau en étudiant la diversité des invertébrés qui vivent sur ou dans le sédiment.

Cette méthode repose sur le principe que la présence de certaines espèces est associée à une bonne ou une mauvaise qualité de l’eau.

Comment connaître le degré de pollution d’un cours d’eau ? En voilà une question cruciale dont la réponse vous aurait peut-être permis de ne pas vous retrouver avec un troisième téton après vous être baigné dans le Rhône cet été. Si vous interrogez votre entourage, les personnes les plus conventionnelles vous répondront qu’il suffit de mesurer des paramètres physicochimiques de l’eau comme sa composition ou sa teneur en métaux lourds. Les plus créatifs vous proposeront quant à eux d’évaluer le taux de polluants retrouvés dans la chair des poissons. Et ils auront raison ! Maintenant, à votre tour de briller. Redressez votre nœud papillon, rincez-vous le goulot avec une gorgée de ce Moët et Chandon 1885 (l’abus d’alcool et/ou de nœuds papillon est dangereux pour la santé, à consommer avec modération) et annoncez de votre voix la plus mondaine qu’il existe une autre approche plutôt surprenante : l’étude de la diversité des invertébrés qui vivent dans ce cours d’eau.

Indicateurs de la qualité d’un cours d’eau

Vos interlocuteurs ébahis marmonnent déjà : comment diable une araignée d’eau peut-elle bien me renseigner sur le degré de pollution d’une rivière ?! Eh bien c’est très simple : certaines espèces sont des indicateurs de la qualité d’un cours d’eau. Par exemple, les perles d’eau (ordre des plécoptères, famille des Perlidae) ne vivent que dans une eau de très bonne qualité. Si un cours d’eau est habité par ces drôles de bestioles, alors bingo ! Votre rivière est aussi pure que votre cœur avant de voir Jackass 3D Le Film.

Perle d'eau

Lavre de Perlidae, garante de la bonne quelité de l’eau.

À l’opposé, d’autres espèces sont dites polluorésistantes, à l’image des larves de chironomes. L’eau dans laquelle elles ont été prélevées est par conséquent aussi saine que le bassin d’évacuation des toilettes suspendues qu’on aperçoit au début de Slumdog Millionnaire. Je vous déconseille donc d’y tremper le moindre orteil.

Indice Biologique Global Normalisé

Dans l’assemblée, les plus sceptiques lèveront un sourcil : « d’accord, on peut avoir une idée de la qualité de l’eau grâce aux petites bêtes qui s’y trouvent. Et alors ? » Et alors ?! C’est tout simplement fantastique ! Cette méthode s’appelle IBGN, pour Indice Biologique Global Normalisé. « Normalisé » implique qu’on peut comparer la qualité de différentes rivières à l’échelle nationale, rien que ça ! Et ce n’est pas fini. On peut également mener plusieurs campagnes d’échantillonnage (traduction : enfiler les guêtres de Francis Lalanne et partir, épuisette sur l’épaule, à la conquête des égouts du coin). Ces campagnes peuvent se faire de différentes façons ; par exemple, dans un même cours d’eau à des périodes différentes pour suivre l’évolution temporelle de la qualité de l’eau. Autre approche : échantillonner à une même période, mais à des endroits distincts ; en amont et en aval d’une station d’épuration (pour mesurer l’impact de ses rejets sur la faune), ou bien dans des portions de courantologie différente (pour comparer la faune habitant un radier1 de celle qui crèche dans une mouille2).

Boîte à outils du baigneur sain

Dorénavant, avant de piquer une tête dans une rivière, dégotez-vous une épuisette (ou un « troubleau » pour faire pro) et soulevez quelques cailloux. Tant qu’à faire, apportez aussi une loupe binoculaire, une clé d’identification, un tableau pour calculer l’IBGN, de préférence quelques stagiaires pour leur déléguer le travail et à vous les plongeons dans des eaux saines !

V.D.

Lexique :

1. Radier : secteur d’un cours d’eau sans profondeur sur laquelle l’eau s’écoule rapidement.

2. Mouille : secteur d’un cours d’eau caractérisé par une profondeur importante et une faible vitesse d’écoulement de l’eau.

Sources :

  • Wikipédia : IBGN
  • Protocole, tableau d’IBGN et plus encore : km-dev.com
  • Un résumé de l’IBGN avec son historique : set-revue.fr
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire