Mieux comprendre l’assurance retraite

L’assurance retraite ne consiste pas en un contrat d’assurance identique aux autres. Sa gestion n’est pas laissée à une compagnie d’assurance à l’instar de l’assurance auto ou habitation. Certes, l’assurance retraite recouvre d’autres notions et force est de constater qu’il s’agit d’un cas particulier. Il est nécessaire de définir ce que cette assurance couvre réellement.

L’assurance retraite, c’est quoi ?

L’assurance retraite se définit comme étant la rente perçue par une personne salariée dans le cadre de son départ une fois son âge limite de travail dépassé. Cela dépend des efforts qu’il aura fournis pendant sa vie active et également du capital placé. Il convient encore de tenir compte des conventions collectives. Le but de cette assurance est de permettre à une personne âgée qui n’est plus en activité de profiter d’un bon pouvoir d’achat pour ses vieux jours. Ainsi, ce système complexe se construit sur 3 bases dont les diverses épargnes retraites, le régime général et le régime complémentaire. En gros, l’assurance retraite est un placement direct qui est ponctionné sur le revenu du salarié actif afin de l’aider à préparer son futur une fois à la retraite. Grâce à l’argent stocké, il pourra vivre pleinement dans ce monde capitaliste même en ne travaillant plus.

Certaines règles régissent la possibilité de percevoir une retraite à un taux plein. La loi définit la durée des cotisations ainsi que les âges de départ. Lors du départ en retraite, les critères pour attribuer des points de retraite se métamorphosent en pension. Ces critères sont évalués selon les accords de branche de la société et la hauteur des cotisations du salarié.

Il est possible de faire le suivi de ce que sera son assurance retraite en ligne. Pour commencer, le salarié devra d’abord créer son espace personnel. De ce fait, il lui sera possible d’avoir accès aux données en lien avec son parcours professionnel. Les services en ligne lui seront également ouverts en fonction de ses besoins. Il faut que le salarié parvienne à garder tous les justificatifs dont les bulletins de salaire et divers contrats de travail. Il lui sera aussi utile de conserver ses allocations chômage et les indemnités maladie. Il se pourrait qu’il en ait besoin lors de son passage à la retraite. Quand le salarié arrive à l’âge de 55 ans, il est convié à consulter le relevé de carrière de manière régulière en se connectant sur son espace personnel. En cas d’oubli ou d’erreur constatée, il est en droit de requérir une mise à jour. D’autres informations sont disponibles ici.

Du mode de calcul de la cotisation retraite

Il convient d’avoir cotisé pendant un certain temps pour pouvoir toucher une retraite au taux de 50% du salaire annuel. Le calcul de la cotisation retraite nécessite de passer par la considération de 3 périodes, dont celles qui sont assimilées à des périodes de cotisation. Il faut aussi tenir compte des périodes rachetées et des périodes de cotisation au régime général.

Quand le nombre de trimestres est en adéquation avec celui qui est requis pour la génération concernée, la retraite est à taux plein. Un assuré né en 1955 peut profiter d’une retraite à taux plein s’il travaille 67 ans. Le calcul de la retraite se base sur la quote-part du nombre de trimestres qui manque.

Quid de la durée des cotisations ?

En fin d’activité professionnelle, la durée des cotisations aura une influence sur ce que le salarié percevra. Elle se calcule au terme du trimestre en question et est fonction de l’année à laquelle naquit l’assuré. Il est de rigueur de cotiser pendant plusieurs trimestres pour espérer toucher une retraite à taux plein au moment d’un départ en retraite. Ce dernier n’est possible que lorsque le salarié arrive à l’âge légal.

La durée de référence est fixée par le nombre de trimestres. Les périodes de cotisations incluses dans le régime général sont prises en compte dans la durée. Il en est de même des périodes assimilées aux périodes de cotisation et également des périodes rachetées.

Parler du contrat d’épargne retraite

Les banquiers et les assureurs évoquent l’assurance retraite en parlant de la troisième catégorie ou encore de l’épargne retraite. Cette dernière reste un contrat individuel et se fait par le biais d’une capitalisation. Diverses sortes sont disponibles sur le marché et ils sont classés en fonction du statut que détient le travailleur. Ainsi, il importe de comprendre qu’un travailleur qui n’est pas salarié n’a pas le droit de profiter d’une retraite complémentaire que l’employeur paie de manière directe. Il est ainsi dans l’obligation de cotiser selon ses revenus et en fonction de ce qu’il compte recevoir plus tard. Les artisans et commerçants à titre d’exemple doivent cotiser à un plan d’épargne retraite. Cette démarche est un impératif qui permettra de percevoir quelque chose pendant la retraite. Certes, c’est une pratique obligatoire.  Par ailleurs, si l’épargnant décède pendant la période d’épargne, la rente sera reversée à un bénéficiaire qu’il aura préalablement désigné sur un contrat.

 

Offrez-vous un voyage culinaire via des épices des quatre coins du monde
Danses latines : apprendre la bachata à Paris